Les arts de la rue en état d’urgence

Ces dernières années, les dispositifs de sécurité ont envahi l’espace public, mettant à mal les projets artistiques se développant dans les rues et plus largement dans les lieux non dédiés à la culture. L’invisibilité du débat public sur l’état d’urgence dont on ne voyait jamais la fin et l’apparition de la loi pour renforcer la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme ont attisé notre curiosité, d’où ce dossier. Dans un premier temps il paraît essentiel de faire un point sur le statut d’exception qu’est l’état d’urgence et d’observer son évolution depuis son apparition et notamment depuis 2015. Continuer la lecture de « Les arts de la rue en état d’urgence »

On dit Vi•y•eurbanne!

Il s’agissait de créer un centre dédié à la « mémoire ouvrière, multiethnique et fraternelle des villes du 20e siècle ». Marquée par l’industrialisation massive de son territoire, Villeurbanne a longtemps affirmé avec fierté son identité ouvrière. Alors que les traces de cette histoire s’effacent, il est devenu nécessaire de travailler sur la transmission de la mémoire sociale ouvrière et de l’héritage industriel pour les faire prendre en compte dans le projet urbain.

Continuer la lecture de « On dit Vi•y•eurbanne! »

Le 6e Continent

L’Association 6e Continent

Origine/Objectifs

Le 6e Continent est une association fondée en 1997 régie par la Loi 1901 et actuellement labellisé « Scènes découvertes ». Depuis 2004 elle est ancrée au cœur du quartier populaire et cosmopolite de la Guillotière.
C’est un lieu convivial de diffusion artistique spécialisé dans les cultures du Monde mais aussi un lieu de découverte de la richesse des diversités et des mixités culturelles de notre Cité. Le 6e Continent essaie de redéfinir l’espace social et pour cela il se veut accessible au grand public.

C’est un espace interculturel qui comprend un bar associatif et une offre artistique et culturelle pluridisciplinaire : arts plastiques, cinéma, musique , littérature, contes, débats, des cours de danses… Cette activité permet à cette association d’être autofinancée à 80%.
Ses deux principaux objectifs sont: la promotion des cultures du monde (volet international) et la valorisation des diversités et des mixités culturelles (volet local).

Cette association est aussi reconnue pour l’organisation d’un Festival qui porte son même nom et qui se déroule une fois par an, au début de l’été.
Continuer la lecture de « Le 6e Continent »

La friche Lamartine dans le troisième arrondissement lyonnais

La friche Lamartine est un lieu de production et de création artistique où s’entremêle autant de formes artistiques que d’artistes résidents : peinture, sculpture, musique, théâtre, cirque, illustration, couture, gravure, sérigraphie…À l’heure actuelle, la friche est en phase de relogement. D’ici l’hiver 2017-2018, elle devrait s’installer dans deux lieux distincts : la robinetterie à Villeurbanne ainsi qu’un lieu situé à Vaise. C’est sans surprise que les artistes se voient relogés : leur installation à Lamartine était attenante à un terrain de foot qui avait pour vocation son extension.

Continuer la lecture de « La friche Lamartine dans le troisième arrondissement lyonnais »

Le street-art : de la rue au musée – l’exposition Wall Drawings, Icones urbaines légitimé par ses acteurs.

L’art urbain désigne un phénomène mondial né dans les années 1960 recouvrant les pratiques artistiques les plus diverses : calligraphie au marqueur ou à la bombe, aérosol, affiche, pochoir, peinture murale, détournement publicitaire ou signalétique. Aucune unité formelle, intentionnelle, générationnelle, idéologique ou encore territoriale ne caractérise l’art urbain sinon une contrainte : la rue comme espace d’expression. De quelle manière le musée d’art contemporain de Lyon utilise l’exposition Wall Drawings, Icones urbaines à des fins aussi bien de rentabilité que de médiation culturelle ?

Continuer la lecture de « Le street-art : de la rue au musée – l’exposition Wall Drawings, Icones urbaines légitimé par ses acteurs. »

le Projet Bizarre

Les composantes du mouvement hip hop sont maintenant considérées comme un art à part entière qui n’a plus besoin pour exister de ses racines, tirées de l’immigration, de revendications sociales et politiques. Cependant, ce mouvement reste indissociablement lié à son contexte social d’origine, et il  reste  pour  les  jeunes  des  quartiers  populaires  une  des  formes  d’expression  artistique  les  plus pratiqué. C’est le défi que se lancent Thomas Prian et l’équipe de Bizarre, parvenir à ce que les habitants de Vénissieux,  notamment  les  jeunes,  s’approprient  cet  espace  pour  découvrir,  entreprendre  et  faire évoluer leurs projets.

Continuer la lecture de « le Projet Bizarre »